Dossier Jean Dominique/Convocation d’Aristide .Lavalas se mobilise

sakpasay May 5, 2013 0
Dossier Jean Dominique/Convocation d’Aristide .Lavalas se mobilise

Des Cayes jusqu’à Ouanaminthe, en passant par la capitale, les militants Lavalas annoncent une mobilisation à l’occasion de la comparution prochaine de Jean Bertrand Aristide au cabinet d’instruction. L’ancien Président est invité à titre de témoin, le 8 mai prochain dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Jean Dominique.

Des motivations politiques seraient derrière cette convocation, soupçonne-t-on dans certains milieux. C’est aussi la version officielle du directoire de Fanmi Lavalas. Quoiqu’il en soit, l’invitation est parvenue à l’ancien Président Jean Bertrand Aristide qui devrait se présenter en personne mercredi 8 mai prochain, apprend-on de source généralement bien informée. La décision serait déjà prise, sauf revirement de dernier instant. Ce serait en effet la première apparition publique d’Aristide depuis son deuxième retour d’exil en Haïti, il y a deux ans. Tout le monde espère aussi une déclaration du leader Lavalas réduit depuis lors à un mutisme stupéfiant.

En attendant, les bases veulent accompagner leur chef. La mobilisation a été lancée dans le Sud le week-end du 27 et 28 avril. A l’initiative du sénateur Pierre Franky Exius un congrès départemental a rassemblé des délégués venus des dix huit communes de ce département. Des leaders de l’opposition démocratique y ont également pris part. En première loge l’ancien ministre Paul Denis (INITE) et Claude Roumain (génération 2004). Des dirigeants régionaux d’autres partis notamment de l’OPL étaient aussi de l’assistance.

Le sénateur Exius a dénoncé le pouvoir qui, dit-il, tenterait d’empêcher la participation de Fanmi Lavalas aux prochaines compétitions électorales. « L’invitation de l’ancien président Aristide est une affaire politique qui n’a rien avoir avec l’enquête sur l’affaire Jean Dominique. Nous allons accompagner Aristide à notre manière », a lancé le parlementaire pour galvaniser la foule réunie à la Presqu’ile des Icaques.

Présente sur le podium, la coordonnatrice du comité exécutif de Fanmi Lavalas, Dr Maryse Narcisse confirme que l’ancien chef d’Etat se présentera à la cour d’appel pour répondre aux questions du juge Ivikel Dabrezil. « L’ancien président n’est pas au dessus des lois ni de la justice de son pays, il répondra aux questions du juge », a précisé le docteur Narcisse qui entend faire «d’importantes révélations le moment venu ». A la question de savoir s’il y aura une importante mobilisation en la circonstance, la dirigeante de Lavalas s’est contenté de remercier ceux qui voudront accompagner Jean Bertrand par devant le juge d’instruction. Les militants Lavalas prévoient par ailleurs d’organiser un sit-in devant tous les palais de justice du pays ce 8 mai en signe de solidarité avec Aristide.

La mobilisation dans la capitale

La base de Fanmi Lavalas politise nettement l’affaire. En conférence de presse cette semaine, la FOPAK a dénoncé les manœuvres du pouvoir visant à nuire à leur leader. Byron Odigé et Rony Thimothée invitent les Lavalassiens à gagner les rues massivement mercredi prochain pour accompagner l’ancien président au cabinet d’instruction. « Depuis Tabarre en passant par des quartiers très peuplés de la zone métropolitaine, nous serons présents pour prouver notre force au pouvoir Tèt Kale qui cherche des boucs émissaires pour cacher son échec politique », préviennent Odigé et Thimothée.

Très présents dans des émissions de radio, d’autres membres d’OP disent que cette invitation offre l’opportunité à Aristide de prendre un bain de foule. Selon Eder Rosier et Franco Camille l’ancien président en a grand besoin. « La mobilisation pour les élections sera lancée à travers cette convocation », prédisent ces messieurs pour qui les masses populaires investiront immensément les rues pour voir Aristide, un « icône national ».

Une collision politique

Annoncée une première fois pour le 25 avril dernier, la convocation de l’ancien président a été reportée au 8 mai en raison de la tenue à Pétion Ville du 5e sommet des chefs d’Etat de la Caraïbe. « L’exécutif avait sollicité un report de la convocation, prévoyant un déferlement populaire qui aurait pu avoir des incidences sécuritaires sur le sommet », a rappelé le conseiller du chef de l’Etat Guy Delva. Une étonnante intervention qui lève le voile sur l’implication du Palais national dans cette affaire.

Le dossier de Jean Dominique serait donc un prétexte pour régler des comptes politiques. L’ancien président René Préval a déjà répondu aux questions du juge, c’est maintenant au tour de Jean Bertrand Aristide. Toute cette affaire est perçue par certains organismes de défense de droits humains comme une manœuvre pour ne pas juger l’ancien dictateur Jean Claude Duvalier. Ils reconnaissent toutefois la nécessité de faire le jour aussi sur le double meurtre du 3 avril 2000. Une façon de mettre fin à une impunité chronique dans le pays.

Comments

comments

Leave A Response »